Euthanasie Stop - https://www.euthanasiestop.be

... étendre l'euthanasie aux enfants et aux personnes démentes ?

Recherche avancée OK

Résultats de votre recherche

Pour le droit de mourir dignement sans euthanasie

Déposé le 01/10/2013 à 17h09

Une INFIRMIERE en soins palliatifs  Catégorie Réflexions de soignants
Soignante Soins palliatifs

Cela fait plus de vingt ans que j'ai le privilège d'accompagner des personnes en fin de vie et leurs proches, dans des services d'oncologie, de soins intensifs ou, aujourd'hui, dans une unité de soins palliatifs.

C'est sur la base de cette expérience que je prends ici la parole pour témoigner de ce que je vois et vis au quotidien, consciente que mes pauvres mots ne pourront jamais donner qu'un pâle reflet de la réalité...

Lire « Pour le droit de mourir dignement sans euthanasie »

Élargir ? La poursuite systématique d'une politique prévisible et socialement redoutable

Déposé le 31/05/2013 à 14h35

Jean-Claude DEVOGHEL  Catégorie Réflexions de soignants
Chef de service hon. Anesthésie-Réanimation, Liège

Il est très sérieusement question en Belgique d'élargir les conditions auxquelles est soumise la légalisation de l'euthanasie, promulguée par la Loi du 28 mai 2002.

A noter d'abord que cette loi a été votée démocratiquement, au terme de l'audition de nombreuses personnalités impliquées dans cette problématique. J'ai eu le privilège -corrélé à mon âge- de vivre toute cette dynamique « par l'intérieur », tout comme j'avais suivi avec grand intérêt la légalisation de l'avortement...

Lire « Élargir ? La poursuite systématique d'une politique prévisible et socialement redoutable »

La grande équivoque

Déposé le 24/05/2013 à 10h31

Valentine de le COURT  Catégorie Réflexions de soignants
Infirmière

Nombre de personnes âgées, se rendant compte qu'elles sont diminuées au plan physique ou mental, réalisent aussi que leur état risque d'embarrasser leurs proches. Elles s'imaginent, parfois à raison mais le plus souvent à tort, qu'elles constituent une charge démesurée pour leur entourage et peuvent dès lors parfois en venir à évoquer l'hypothèse de l'euthanasie.

Et pourtant ce désir, bien qu'exprimé, n'en est pas réellement un, il est presque un cri de détresse « je sais bien que mon existence vous pèse ». Et comme la société moderne a instauré l'idée que certaines vies -au contraire d'autres- ne vaudraient pas la peine d'être vécues, ce sentiment de vie diminuée peut aussi s'accompagner de l'idée que s'accrocher à cette vie ne procèderait en fait que d'un profond égoïsme...

Lire « La grande équivoque »

Pourquoi leur héritage est-il si misérable ?

Déposé le 22/05/2013 à 11h58

Un citoyen de Tournai et son épouse  Catégorie Réflexions de soignants
Médecin

Depuis plusieurs mois les grands médias se sont mis en branle, quasiment à l'unisson: ils travaillent le terrain. Télévisions, radios; on les sent venir.

Ce fut le cas des jumeaux condamnés à une cécité prochaine qui ont été euthanasiés. On parle de l'extension aux enfants, aux vieillards, aux déments. On prépare les esprits, lentement mais sûrement. Evidemment, on ne fait qu'effleurer le sujet sans jamais de débat en profondeur; aujourd'hui, tout doit aller vite. Les médias ont beaucoup mis l'accent sur l'euthanasie du professeur de Duve...

Lire « Pourquoi leur héritage est-il si misérable ? »

C'est pas moi, c'est mon confrère !

Déposé le 06/05/2013 à 16h04

Aline TERLINDEN  Catégorie Réflexions de soignants
Etudiante

La clause de conscience est un droit fondamental de toute personne travaillant dans le milieu médical. Dans un domaine où l'on touche de si près à la mort, donc au sens de la vie, comment pourrait-on ne serait-ce qu'imaginer l'absence d'une telle clause, l'absence de cette liberté fondamentale de ne pas participer à un acte provoquant la mort ?

Pourtant, sans avoir l'air d'y toucher, la nouvelle proposition de loi veut la modifier : le "médecin-objecteur" serait désormais obligé de communiquer le dossier à un médecin favorable à l'euthanasie pour assurer la continuité des "soins"...

Lire « C'est pas moi, c'est mon confrère ! »

Motion contre la banalisation de la mort en Belgique

Déposé le 03/05/2013 à 18h22

Asbl Société Médicale belge de Saint Luc  Catégorie Réflexions de soignants
Association de Médecins

La Société Médicale belge de saint Luc asbl. veut exprimer son point de vue concernant la discussion au Sénat belge sur l'extension de la loi sur l'euthanasie envers les enfants et les personnes en état de démence.

La prédiction que la loi sur l'euthanasie du mois de mai 2002 nous amènerait sur une pente glissante quand on renonce au commandement "Tu ne tueras pas" se confirme: l'opinion publique et les responsables politiques désirent une extension de la loi sur l'euthanasie pour les enfants et les personnes en état de démence. Les médias y collaborent activement...

Lire « Motion contre la banalisation de la mort en Belgique »

Une transgression en entraîne une autre.

Déposé le 30/04/2013 à 16h02

Alexandre PERSU  Catégorie Réflexions de soignants
Prof., Chargé de cours UCL, Chef de Clinique St L

La dépénalisation de l'euthanasie a été largement justifiée par le respect de l'autonomie intégrale du sujet, supposée s'étendre au droit de mettre fin à une vie devenue un fardeau insupportable. Dans cette optique, le médecin est le garant de cette autonomie, et devient l'exécutant de cette volonté. Il est incité à violer le serment d'Hippocrate « par humanité » et à administrer une mort sans douleur, sinon sans souffrance à celui qui la réclame.

L'extension de ce qui devait être l'« exception d'euthanasie » aux patients atteints de démence, aux enfants mineurs ou aux grands prématurés, c'est-à-dire à des personnes ne jouissant pas encore ou plus de leur pleine autonomie met gravement à mal cette justification...

Lire « Une transgression en entraîne une autre. »

Les auteurs / contributeurs (Tous les auteurs)