Euthanasie Stop - https://www.euthanasiestop.be

... étendre l'euthanasie aux enfants et aux personnes démentes ?

Recherche avancée OK

Résultats de votre recherche

Ce qui fait soin, c'est ce qui fait lien !

Déposé le 24/02/2014 à 17h25

Marie FRIEDEL  Catégorie Réflexions de soignants
Infirmière pédiatrique, Formatrice en soins infirm

Observer

Ce qui me pousse à m'exprimer est avant tout un sentiment diffus de malaise, voire même de colère face à l'extension de la loi sur l'euthanasie chez les mineurs votée le 13 février 2014 à la Chambre des Représentants à Bruxelles. Je vais par conséquent partir de là, de ce qui m'émeut, fait bouger au sens étymologique du terme...

Lire « Ce qui fait soin, c'est ce qui fait lien ! »

Physicians are Healers – Not Killers

Déposé le 21/02/2014 à 16h47

American College of PEDIATRICIANS  Catégorie Réflexions de soignants
Pédiatres

Gainesville, Florida – February 17, 2014 – It is the role of every medical professional to deliver care to ailing patients with compassion, always striving to preserve the patient's life and dignity. The American College of Pediatricians is appalled by Netherlands' recent legalization of Neonatal Euthanasia and Belgium's legalization of euthanasia for terminally ill children of any age, and alerts healthcare professionals to the possibility of similar legislation in the United States.

The concept of euthanasia is based on a utilitarian worldview that defines the value of the individual in terms of that individual's contribution to society. This ideology relegates neonates, especially those infants with congenital defects, to an expendable status. Dr. Den Trumbull states, "This belief system underlies many of the current proposals for the allocation of healthcare resources in America. Even the Affordable Care Act (ACA) prescribes that scarce resources be focused on adolescents and adults under 50. The youngest who have not yet contributed to society and the oldest that have already "lived long enough" are to receive only attenuated interventions. Under this system, certain newborn infants would be considered the least worthy to be recipient of available medical resources....

Lire « Physicians are Healers – Not Killers »

L'extension de la loi sur l'euthanasie accélère une évolution fâcheuse

Déposé le 11/02/2014 à 15h57

Dr. Ballaux, Beuselinck, De Groote, Devos, Vuylsteke, Lemmens, Vuylsteke  Catégorie Réflexions de soignants
Médecins

Le bon sens voudrait que l'on procède à une évaluation approfondie de la pratique en vigueur en matière d'euthanasie avant d'étendre la loi sur l'arrêt actif de la vie. C'est du moins l'avis de cinq médecins et d'un professeur en éthique*. Mais il n'en sera rien puisque, d'ici peu, la Chambre votera, après le Sénat, en faveur de l'extension de la loi aux mineurs. La semaine passée, une demande de consultation du Conseil d'État n'a pas atteint la majorité au sein de la Chambre...

Lire « L'extension de la loi sur l'euthanasie accélère une évolution fâcheuse »

Lettre ouverte des pédiatres à tous les présidents de partis de Belgique

Déposé le 10/02/2014 à 17h09

Plus de 200 pédiatres  Catégorie Réflexions de soignants
Pédiatres

Exprimant leur inquiétude à propos de l'élargissement de la loi sur l'euthanasie

Un groupe comptant plus de 200 pédiatres et professeurs de l'enseignement supérieur a remis aujourd'hui une lettre ouverte à tous les présidents de partis de Belgique. Dans celle-ci, ces médecins, qui assistent au quotidien les enfants malades, demandent de mieux réfléchir sur l'extension de la loi portant sur l'euthanasie des mineurs. Sans exiger la suspension de ce projet de loi, ils réclament toutefois un temps de réflexion...

Lire « Lettre ouverte des pédiatres à tous les présidents de partis de Belgique »

Une loi importante car complètement obsolète

Déposé le 04/02/2014 à 14h45

Dr Eric SARIBAN  Catégorie Réflexions de soignants
agrégé en cancérologie et chef de clinique à l'Hôp

Je travaille depuis 1987 dans l'Unité Cancer de l'Hôpital des Enfants à Bruxelles et je suis, avec mon collègue Yves Benoit de Gand, le cancérologue pédiatrique le plus âgé encore en activité dans ce pays. Mais ce n'est pas à ce titre que j'interviens dans cette carte blanche. J'interviens parce que, depuis 1987, j'ai accueilli avec mes collègues 1250 enfants cancéreux dans notre unité dont 260 sont décédés. J'interviens aussi parce que, en tant que médecin directement responsable du traitement d'enfants atteints de tumeurs cérébrales malignes, première cause de mortalité parmi les cancers pédiatriques, j'ai été confronté jusqu'à présent à 84 décès parmi les 270 enfants qui m'ont été confiés. J'interviens aussi pour dire que oui, cela m'est arrivé d'injecter chez des enfants en fin de vie, à l'Hôpital ou à la maison, des médicaments puissants contre la douleur parce que j'étais démuni devant leur détresse.

À cette époque, je rêvais de pouvoir disposer d'infirmières qui se seraient rendues à domicile pour prendre en charge les enfants dits « en fin de vie » ; je rêvais de pouvoir compter sur des médecins formés à la complexité des soins palliatifs pédiatriques et je réalisais que, pendant mes deux années de spécialisation en cancérologie pédiatrique aux États-Unis dans les années 80, l'aspect fin de vie n'avait pas été suffisamment abordé et des modules de formation dans ce domaine m'auraient été bien utiles...

Lire « Une loi importante car complètement obsolète »

Ne transformons pas le soignant en un technicien de la mort

Déposé le 18/12/2013 à 14h46

Alain de BROCA  Catégorie Réflexions de soignants
Neuropédiatre, Philosophe

En tant que pédiatre responsable d'une équipe régionale ressource de soins palliatifs pédiatriques, en tant que philosophe, j'ai du mal à comprendre comment on peut valider éthiquement une telle loi. En tant qu'Européen, j'ai du mal à voir qu'un pays ami se targue d'être libéré car libéral en promouvant une mort donnée à autrui quand tant d'efforts doivent être pensés et pris pour aider chacun avec ses souffrances et ses pauvretés à s'accepter tout au long d'une longue vie et bien sûr être accueilli pour ce qu'elle ou il est avec ses différences ?

Enfin et ce n'est pas le moindre, comment peut on penser qu'il faille légiférer pour moins de 2-3 dizaine de personnes – enfants par an quand tant d'autres ne demandent qu'à vivre avec et malgré leur handicap. La Belgique a environ 125000 naissances par an et la mortalité entre 0-20 ans touchent moins de mille enfants par an au détriment de ne plus avoir comme seule réponse adaptée la mort d'autrui...

Lire « Ne transformons pas le soignant en un technicien de la mort »

L'euthanasie nous impose un cadre particulier autour de nos colloques singuliers avec les patients

Déposé le 07/11/2013 à 16h32

Catherine DOPCHIE  Catégorie Réflexions de soignants
Oncologue

La fin de vie c'est le mourir, terme choc qui signifie le lâcher prise, la déchéance, le dire adieu à tout et à tous.

Travaillant quotidiennement aux côté des souffrants, je crois qu'il nous appartient de combattre la souffrance avec énergie et intelligence, surtout avec cœur, tout en admettant humblement que la souffrance fait partie de notre vie sur terre. Il n'y a pas de réponse à la souffrance, il n'y a que des chemins pour tenter de la vivre le plus humainement possible, ensemble...

Lire « L'euthanasie nous impose un cadre particulier autour de nos colloques singuliers avec les patients »

Les auteurs / contributeurs (Tous les auteurs)