Euthanasie Stop - http://www.euthanasiestop.be

... étendre l'euthanasie aux enfants et aux personnes démentes ?

Recherche avancée OK

Nos coups de coeur

Prendre la défense de la vie ... mais aussi la défense du médecin !

Dr Benoît BEUSELINCK  Catégorie Réflexions de soignants
Médecin oncologue

Depuis 2002, l'euthanasie est, sous certaines conditions, dépénalisée en Belgique. Je fais partie du groupe chaque fois grandissant de médecins qui estiment que cette loi apporte plus de problèmes qu'elle n'en résout.

Point n'est besoin de citer la Bible ou l'une ou l'autre encyclique ; mon argumentation peut se baser entièrement sur une observation scientifique/empirique. En effet, le seul "avantage" de cette loi, c'est qu'elle a transformé notre pays en un laboratoire où l'on peut voir au-delà des considérations philosophiques et dans la réalité de la pratique quotidienne les changements profonds de mentalité et les aberrations qu'une pareille loi peut induire en dix ans...

Lire « Prendre la défense de la vie ... mais aussi la défense du médecin ! »

Euthanasie : STOP ou ENCORE?

Thomas ORBAN  Catégorie Réflexions de soignants
Médecin Généraliste

Je suis étonné de la volonté affichée d'avancer à tout prix sur ce dossier, alors que le véritable bilan de la loi actuelle n'est pas fait, ou pas complètement.

Qui ne serait choqué par le fait qu'on balaie d'un revers de main la difficulté présentée par certains médecins lorsqu'il s'agit de devoir tuer un patient? Et mon discours ici est loin d'être théorique...

Lire « Euthanasie : STOP ou ENCORE? »

Elargir le champ de la loi relative à l'euthanasie ? Une loi perverse peut-elle être « perfectionnée »

Jacques ZEEGERS  Catégorie Pente Glissante
Chroniqueur

Les propositions visant à élargir le champ d'application de la loi relative à l'euthanasie et actuellement soumises au Parlement belge se justifieraient, selon leurs auteurs, sur une constatation : la loi de 2002 contiendrait des « imperfections ». Cette justification appelle déjà une première remarque. Pour pouvoir perfectionner une loi, il faudrait que celle-ci soit bonne en elle-même. A partir du moment où une loi est perverse – et c'est bien le cas de cette loi qui autorise un médecin à donner la mort – on ne voit pas comment on pourrait la « perfectionner ». Perfectionner une chose mauvaise, c'est la rendre plus mauvaise encore...

Lire « Elargir le champ de la loi relative à l'euthanasie ? Une loi perverse peut-elle être « perfectionnée » »

L'interdit du meurtre est au fondement de toute société.

Prof. Chantal LEFEBVRE  Catégorie Réflexions de soignants
Prof. Médecine Interne, clinique St Luc

Ce fondement a été profondément ébranlé dans notre pays par la promulgation, en 2002, de la loi dépénalisant l'euthanasie.

Cette autorisation légale de l'euthanasie revenait à écrire dans la loi que certaines vies humaines, marquées par la maladie physique ou psychique, avaient perdu leur valeur, leur dignité. Elle voulait faire croire que l'euthanasie était la solution pour mourir dans la dignité quand les souffrances étaient intolérables, la maladie incurable, comme si la mort naturelle était indigne...

Lire « L'interdit du meurtre est au fondement de toute société. »

Les mineurs, juridiquement capables... seulement pour l'euthanasie?

Quentin DEPRETER  Catégorie Opinion citoyenne
Etudiant

Depuis 2009, la vente de tabac est interdite aux mineurs. Pourquoi ? La réponse est écrite sur chaque paquet de cigarettes : « Fumer tue ». Et l'euthanasie, elle, ne tue pas ? Ah oui, c'est vrai, c'est différent : en pratiquant l'euthanasie, le médecin ne tue pas mais « donne la mort ».

Des mineurs auxquels la loi ne reconnait pas la capacité de discernement pour acheter des cigarettes seront-ils considérés capables d'effectuer le choix bien plus radical de s'ôter la vie ...

Lire « Les mineurs, juridiquement capables... seulement pour l'euthanasie? »

Le sourire de Thanatos

M. Drieu GODEFRIDI  Catégorie Regard du Philosophe
Chroniqueur

On envisage de légaliser l'euthanasie des enfants, et l'euthanasie pour autrui. Bien que les partisans de ces réformes manient l'excommunication morale avec une virtuosité toute ecclésiale — si vous êtes contre, c'est donc que vous êtes insensible à la souffrance, ou pire : catho ! —, risquons-nous à interroger l'humanisme revendiqué de ces innovations.

D'abord, l'euthanasie des enfants. Par hypothèse, l'euthanasie d'un enfant sera décidée par ses parents, et non par l'enfant lui-même (« les très jeunes patients ne seront pas en mesure d'émettre eux-mêmes une demande d'euthanasie », reconnaît l'auteur de cette proposition de loi sur le site Web de son parti). On excipe de la souffrance intolérable d'enfants malades. Nul ne la conteste et, dans ce crépuscule effroyable de la vie végétalisée qui annonce la mort, les praticiens ne s'acharnent guère. Mais qui ne voit que la consécration d'un droit à part entière ouvrira progressivement les vannes de l'infanticide par commodité ? Même en assortissant ce droit de garanties procédurales, comment éviter que des parents ne posent le choix terrible d'euthanasier leur enfant malade par confort (financier, émotionnel, pratique) ...

Lire « Le sourire de Thanatos »

Papa...

Citoyenne de Bruxelles  Catégorie Témoignages
N/C

Papa,

Voilà bientôt trois ans que tu es mort à l'hôpital, très rapidement..Sans que je l'ai vu venir.Tu es rentré début juillet pour un mal de dos : on ne pouvait te garder pour cette seule raison ...

Lire « Papa... »

Les auteurs / contributeurs (Tous les auteurs)