Euthanasie Stop - http://www.euthanasiestop.be

... étendre l'euthanasie aux enfants et aux personnes démentes ?

Recherche avancée OK
Euthanasie Stop > Quand la Société belge de Soins intensifs revendique le droit d'abréger la vie des...

Quand la Société belge de Soins intensifs revendique le droit d'abréger la vie des patients

Déposé le 07/05/2014 à 16h49  Catégorie Réflexions de soignants

  • Imprimer

John-Paul LUCAS John-Paul LUCAS
Médecin

Suite aux prises de position de la Société belge de Soins intensifs et d'une Carte Blanche parue dans Le Soir, un ami médecin

nous fait parvenir ses observations : Réponse à la position de la Société Belge de Soins Intensifs.

suite à l'article publié dans BioEdge en avril : « Belgian intensive care doctors back involuntary euthanasia »

Je suis profondément choqué et révolté par la prise de position de la Société Belge de Médecine-de-Soins-Intensifs, qui veut que ses membres s'arrogent le droit de tuer.

Il ne s'agit pas d'arrêter des soins qui seraient déraisonnables ou relèveraient de l'« acharnement thérapeutique », il ne s'agit pas de débrancher des appareils maintenant artificiellement en vie un patient qui sans cela serait mort,

il ne s'agit pas d'arbitrer entre le soulagement de la douleur et l'abrègement de la vie, il s'agit purement et simplement de faire une injection létale « pour le bien du malade », adultes, enfants, et bébés.

Il s'agit de faire cette injection létale sans aucun accord du patient, ni de sa famille, ni de ses proches, sur décision unilatérale du médecin agissant « en conscience » lorsque lui seul juge souverainement qu'une vie « ne vaut plus la

peine d'être vécue » !

Il s'agit même de faire cette injection mortelle contre l'accord du patient : « les directives anticipées sont pires qu'inutiles ». Que ces directives puissent être un (bien faible) obstacle à la toute puissance médicale ne fait pas de doute. Les argumentations sont particulièrement foireuses, et relevant de l'enfumage idéologique.

Les techniques et méthodes existent pour soulager toute douleur, fut-ce au prix d'un obscurcissement de la conscience et éventuellement d'un raccourcissement secondaire de la vie, accepté mais non recherché.

Les ressources médicales sont toujours limitées. Si dans une unité de réanimation et soins intensifs il y a toujours lieu pour le médecin de choisir le patient qui a le plus de chance de s'en sortir au mieux, faut-il pour cela « exécuter » la personne transférée au lieu de lui permettre de mourir « naturellement ».

Le cas échéant se trouvant dans une situation où il n'est plus à même de s'exprimer, un patient a-t-il le droit de dire auparavant, qu'il ne veut pas être abruti de stupéfiants, neuroleptiques et calmants en tout genre.

Et si un patient n'a rien exprimé ou ne peut plus rien exprimer, pourquoi ne pas tenir compte de l'avis de la famille, de l'entourage, d'une personne de confiance, si ce n'est parce que cela risque d'être un frein à la toute puissance

du médecin.

L'éthique médicale est de soigner si possible, soulager toujours, tuer jamais. Ce n'est pas le rôle d'un médecin, mais celui d'un bourreau ou d'un exécuteur de donner la mort. Dans les pays où existent encore des exécutions capitales,

ce n'est jamais un médecin qui tue sur ordre mais un exécutant qui exécute l'exécuté.

Certes les avortements, les euthanasies, les infanticides et parricides existaient avant toute dépénalisation et existeront toujours. Mais au nom du principe de réalité et du confort moral des transgresseurs faut-il considérer que tout est

acceptable ? Faut-il parce que le vol existe et qu'il est difficile de le contrôler le déclarer acceptable ? Ce qui est inacceptable c'est le relativisme moral d'une partie de la société occidentale, ou le profit justifie tout.


Les auteurs / contributeurs (Tous les auteurs)