Euthanasie Stop - http://www.euthanasiestop.be

... étendre l'euthanasie aux enfants et aux personnes démentes ?

Recherche avancée OK
Euthanasie Stop > Prise de conscience sociétale de nos dysfonctionnements menant à l'euthanasie

Prise de conscience sociétale de nos dysfonctionnements menant à l'euthanasie

Déposé le 28/11/2013 à 22h59

  • Imprimer

Natacha, Bruxelles Natacha, Bruxelles
Secrétaire

D'où vient cet acharnement à promulguer le droit de donner la « mort » au corps médical, aux soignants qui sont là pour soigner, guérir et soulager? Si l'on admet la mort « donnée », que devient la tâche des service sociaux tels que SOS Suicide, de leurs accompagnateurs et assistants ?

N'assiste-t-on pas à une forme de lavage de cerveau qui consisterait à nous faire trouver normal de demander son euthanasie et de condamner ces médecins qui refuseraient de provoquer la mort de leurs patients ?

Mais, direz-vous, on ne tue que ceux qui le demandent. Ne serait-ce alors plus un meurtre ?

Mais qui sont-ils en fin de compte ceux qui le demandent ? Les personnes âgées, malades, seules, poly-handicapées, qui si elles le pouvaient se suicideraient car elles ne voient plus de sens à leur existence.

Alors plutôt qu'un suicide, qui risque de rater et qui est tellement moche, on préfère que les médecins en accord avec l'équipe soignante, organisent la mise à mort. C'est plus propre et la famille peut dire « au revoir » ...La personne pour l'occasion n'est plus seule pour mourir. Quelle consolation...

Suicide ou euthanasie : il faut choisir...

Révoltant car les personnes poussées volontairement ou non au suicide ... assisté ou non, sont de pauvres hères assoiffés d'amour non reçu, refusé, ou mal reçu, solitaires.

Le diagnostic est rude car il nous interpelle tous si nous osons en voir la cause en amont. En effet, dans quelle mesure sommes-nous les responsables de cette perte du goût à la vie, et du sens commun, de l'individualisme exacerbé ?

Se pourrait-il aussi que nos familles disloquées contribuent à cette solitude suicidaire ? Vous en conviendrez, qu'y a-t-il de plus terrifiant que d'un jour se sentir rejeté, de trop, dérangeant, par d'éventuels handicaps ou pauvretés diverses ? Serait-il possible que nos familles disloquées provoquent un "mal être" et un "mal vivre" insupportable ?

Il est difficile de prendre le temps de la visite aux amis et à la grand-mère toute seule...mais la solidarité familiale fait notre première humanité grâce à laquelle les demandes d'euthanasies pour cause d'abandon disparaîtront.


Les auteurs / contributeurs (Tous les auteurs)