Euthanasie Stop - http://www.euthanasiestop.be

... étendre l'euthanasie aux enfants et aux personnes démentes ?

Recherche avancée OK
Euthanasie Stop > Pourquoi leur héritage est-il si misérable ?

Pourquoi leur héritage est-il si misérable ?

Déposé le 22/05/2013 à 11h58  Catégorie Réflexions de soignants

  • Imprimer

Depuis plusieurs mois les grands médias se sont mis en branle, quasiment à l'unisson: ils travaillent le terrain. Télévisions, radios; on les sent venir.

Ce fut le cas des jumeaux condamnés à une cécité prochaine qui ont été euthanasiés. On parle de l'extension aux enfants, aux vieillards, aux déments. On prépare les esprits, lentement mais sûrement. Evidemment, on ne fait qu'effleurer le sujet sans jamais de débat en profondeur; aujourd'hui, tout doit aller vite. Les médias ont beaucoup mis l'accent sur l'euthanasie du professeur de Duve.

Il est fort probable que l'extension sera votée vu la composition de notre paysage politique et vu l'indifférence générale de la population. Et pourtant, d'où vient cette demande? Pas du peuple: y a t-il eu une seule manifestation, une seule pétition sur le sujet? Non. Cette idée a été concoctée dans de petits cercles animés par une idéologie: le libertarisme absolu. Pour ces "élites", la loi est relative, déconnectée de la nature, contingente et finalement peut être modifiée uniquement en fonction des rapports de force du moment. Et comme notre démocratie est représentative, il appartient à nos députés de choisir pour le peuple les lois qui lui conviennent. Ce relativisme absolu anime la majorité de nos représentants. Dès lors, comme l'imagination de l'homme n'a pas de limites, pourquoi ne pas essayer des transgressions qui n'ont jamais été expérimentées dans le passé; il en est ainsi de l'euthanasie comme d' autres sujets éthiques.

La société devient ainsi un laboratoire permanent : il faut tout essayer et puis... On verra bien, tant que le peuple l'avale sans rien dire. Et pourtant, en France, n'assiste-t-on pas à une prise de conscience sans précédent, à une résistance à la pensée unique (largement relayée dans les médias classiques) et à cette nouvelle culture de la transgression permanente évolutive dans tous le domaines de l'éthique ?

Un nouveau courant est né : l'écologie humaine qui se base sur le respect absolu de la vie humaine. Oui, j'admire nos amis français et j'ose espérer que la prise de conscience gagnera les autres pays dont la Belgique. N'oublions jamais ce que disait le professeur Lejeune: le degré de civilisation d'un peuple se mesure à sa capacité de protection du plus faible. Le plus faible, c'est l'embryon, l'enfant malade mais c'est aussi l' être humain dément. Sa protection, c'est d'abord ne pas décider à sa place.

Enfin, concernant l'extension de l'euthanasie aux enfants, méditons ce texte de Marcel Pagnol:

« Un soir d'hiver, à la campagne, devant de flamboyantes bûches, je pensais tout à coup à Sparte, à ses lois, à ses moeurs, à son idéal... Lorsqu'un enfant naissait, une commission d'experts venait donc l'examiner, dans la chambre même de l'accouchée... Quant aux enfants "réformés" par ce "conseil de révision", les vieux sages les emportaient sous le bras, et allaient les jeter dans un gouffre voisin, qui s'appelait le Barathre. Finalement, cette race si belle, et si soigneusement épurée, que nous a-t-elle laissé? Des noms de rois, auteurs de lois aussi sévères qu'un règlement pénitentiaire, des noms de généraux, dont les armées ne dépassèrent jamais les effectifs d'un régiment, des noms de batailles, dont la plus célèbre est le glorieux désastre des Thermopyles, et les murs effondrés d'une petite ville. Ces pierres éparses sous des ronces ne cachaient pas une Vénus, un Discobole, une Victoire ailée... Au centre d'un paysage quelconque, ces ruines anonymes ne sont pas dominées par un lumineux Parthénon, haut dans le ciel sur une Acropole, mais accroupies dans l'ombre au bord d'un trou. Ces hommes furent des Grecs de la grande époque, à deux pas d'Athènes, mère de l'intelligence et des arts. Pourquoi leur héritage est-il si misérable ? C'est parce qu'ils ont sacrifié leurs poètes, leurs philosophes, leurs peintres, leurs architectes, leurs sculpteurs; c'est parce qu'ils ont peut-être précipité sur les rocs aigus, au fond du Barathre, un petit bossu qui était Esope, ou le bébé aveugle qui eût chanté à travers les siècles les Dieux et la gloire de leur patrie... Et parmi les trop pâles petites filles qui tournoyèrent un instant, frêles papillons blancs, à travers la nuit verticale du gouffre, il y avait peut-être les mères ou les aïeules de leur Phidias, de leur Sophocle, de leur Aristote ou de leur Platon; car toute vie est un mystère, et nul ne sait qui porte le message; ni les passants, ni le messager ».


Les auteurs / contributeurs (Tous les auteurs)