Euthanasie Stop - http://www.euthanasiestop.be

... étendre l'euthanasie aux enfants et aux personnes démentes ?

Recherche avancée OK
Euthanasie Stop > Le sondage ...qu'en penser ?

Le sondage ...qu'en penser ?

Déposé le 11/10/2013 à 14h00

  • Imprimer

Pivetta Bernadette, Florenne

J'ai lu dans la presse les résultats du sondage. Bizarre, moi, on ne vient jamais m'interroger...

Eléonore, Bruxelles

" Vous acceptez l'euthanasie des enfants ", tel est le titre et la conclusion de l'article paru le 2 octobre dans la Libre Belgique suite à un sondage. En lisant un peu plus bas, je découvre alors que la question du sondage ne portait que sur l'euthanasie des enfants dans le coma, ou en état végétatif.

Choix étonnant lorsque l'on sait que les discussions parlementaires portent sur l'élargissement de l'euthanasie pour tous les mineurs qui font état de souffrances, et pas uniquement ceux qui sont inconscients. Je découvre ensuite que si 38% des répondants sont "tout à fait favorables", 36% sont "plutôt favorables" à l'euthanasie des enfants inconscients.

Ce choix du "plutôt" n'indique-t-il pas une peur, un malaise: "et si cet enfant dans le coma se réveillait; et si cet enfant en état végétatif manifestait tout de même des indices de bien être"? Ce "plutôt" n'indique-t-il pas un doute, une incertitude, un sentiment diffus: "je ne sais pas trop, mais mon cœur me dit qu'il est inhumain de laisser souffrir un enfant". Et ce cœur a raison.

Mais ce cœur sait il qu'interrompre un traitement devenu inutile et trop lourd (renoncer à une chimio, débrancher un système de dialyse et parfois un respirateur) n'est PAS une euthanasie. Mais ce cœur sait il que soulager en donnant des antidouleurs adéquats, au risque d'abréger la vie n'est PAS une euthanasie. Que diminuer le niveau de conscience pour soulager un patient qui arrive au terme de sa vie n'est PAS une euthanasie.

Et si pour finir, au terme de ce sondage, nous étions "plutôt favorables" aux pratiques d'une bonne médecine qui associe un accompagnement dévoué, une maitrise professionnelle de la douleur, et une acceptation de la mort qui vient, sans ni décider de la donner, ni chercher à reculer son heure à tout prix?


Les auteurs / contributeurs (Tous les auteurs)