Euthanasie Stop - http://www.euthanasiestop.be

... étendre l'euthanasie aux enfants et aux personnes démentes ?

Recherche avancée OK
Euthanasie Stop > Euthanasie et protection des plus fragiles

Euthanasie et protection des plus fragiles

Déposé le 07/01/2014 à 15h47

  • Imprimer

Antoine MELLADO Antoine MELLADO
Politologue

Dans le cadre de la loi actuelle, où les euthanasies ne seraient pratiquées que sur des personnes le demandant expressément et ayant toutes leurs facultés mentales, il y a toujours des doutes importants de la part des différents acteurs intervenant dans le processus, par rapport à la « véritable » liberté exercée lors de la prise de cette terrible décision.

En effet, ces personnes fragiles souffrant de maladies graves, incurables et souvent longues, se trouvent dans des situations d'extrême dépendance par rapport à leur famille ou au personnel infirmier et médical. Leur dépendance est non seulement physique mais aussi psychologique. Dès lors, comment pouvons-nous garantir, en toute certitude, que ces personnes fragiles et dépendantes, puissent choisir librement ? N'y aurait-il jamais de pressions plus ou moins inconscientes de leur entourage ?

Ces influences voulues ou non voulues peuvent être verbales ou non verbales. Elles sont en tout cas bien réelles : une personne dépendante générant une grande charge de travail pour quelqu'un de son entourage, pourra très vite percevoir si ce poid est supporté de bon cœur ou, au contraire, s'il représente un fardeau.

Tant d'articles de loi essayent de protéger les personnes âgés au moment où elles établissent leur testament, afin d'éviter un quelconque abus d'un proche qui pourrait tirer profit de leur situation de dépendance . Par contre, pour une décision bien plus importante comme celle de mettre fin à sa vie, la loi les laisse sans aucune protection possible.

Et que dire du sort de la personne handicapée ou dépendante, dont la famille pourrait choisir de s'en défaire ? Sans doute, la plupart des familles sauront bien prendre soin de leurs membres, mais en même temps comment peut-on garantir une protection face à un quelconque abus ?

La possibilité d'un seul cas d'abus dans cette matière si grave, est un argument suffisant pour fonder un interdit qui en même temps garantit une protection totale ; Cet interdit rassurera les personnes ne souhaitant pas être euthanasiées et qui ainsi ne seront pas soumises à des pressions quelconques.


Les auteurs / contributeurs (Tous les auteurs)