Euthanasie Stop - http://www.euthanasiestop.be

... étendre l'euthanasie aux enfants et aux personnes démentes ?

Recherche avancée OK
Euthanasie Stop > En réponse à l'Edito de Béatrice DELVAUX dans Le Soir du 21 juin 2013

En réponse à l'Edito de Béatrice DELVAUX dans Le Soir du 21 juin 2013

Déposé le 01/07/2013 à 23h05

  • Imprimer

Carine BROCHIER Carine BROCHIER
Coordinatrice de projets

Dans votre Edito de la semaine dernière intitulé La souffrance absolue n'a pas d'âge, vous prenez une position par rapport à l'euthanasie qui pourrait se justifier de par la trop grande souffrance « absolue et sans issue » des enfants, médecins et parents, qui, se concertant, décideraient d'en finir.

Vous rappelez, avec raison, que la souffrance ne doit jamais être ignorée. Tout médecin qualifié doit en faire une priorité de son engagement vis-à-vis du patient.

Là où je ne vous rejoins pas, c'est la façon d'appréhender la fin de cette souffrance.

Faire que la personne chemine sereinement et sans souffrance vers la fin de sa vie, n'est-ce pas là une des missions de la médecine, en général, et de la médecine palliative, en particulier ? Il y va de la compétence scientifique et médicale. De plus, le dévouement des soignants et des bénévoles dans ces lieux de vie malgré l'approche de la mort, est trop peu connu. Les familles qui en ont expérimenté jusqu'au bout la bienfaisance, peuvent en témoigner : chacun vit une transformation intérieure au creuset de la souffrance.

L'enjeu pour chacun (patient, famille et soignants) est de redonner sens à la fin de vie dans cette vulnérabilité partagée. Le patient qui chemine avec d'autres vers sa fin révèle à tous leur capacité à se donner, surtout au plus fragile.

Ce qui fera de la Belgique un pays de progrès sera l'excellence de la formation des médecins et des équipes de soins palliatifs pour apprendre à accompagner et soulager toute forme de douleur et de souffrance.

La mort provoquée, s'invitant dans la panoplie des « soins », sape la créativité extrême et l'élan des soins palliatifs.

Un deuxième point de réflexion que suscite votre éditorial est le suivant : si c'est au nom de la souffrance non maîtrisée que nous justifions l'euthanasie, comment répondrons-nous à d'autres situations de souffrance ?

Faut-il prévoir l'euthanasie du prisonnier condamné à perpétuité ? Ou même de ces enfants meurtris par la guerre dont les membres sont amputés, ces petits qui sont sur le point de mourir de faim ? Faut-il prévoir pour ceux-là une possibilité de leur proposer l'euthanasie au seul motif de leur souffrance ? Que dire de ces jeunes qui pour une raison ou l'autre souffrent d'une grave dépression et dont l'état fait souffrir tout leur entourage ? Faut-il leur suggérer l'euthanasie ?

Vous comprenez que l'argument de la souffrance, qui, on le sait, est très subjective, est un piège à éviter pour justifier de tuer une personne. Je concède que, l'émotion aidant, nous avons tendance à nous laisser submerger par une vague de fausse compassion.

En tant qu'économiste tout comme vous l'êtes, je me penche aussi sur la « macro » de l'euthanasie : on tend à ignorer ou minimiser l'impact sociétal de ce geste. Cet acte ne concerne pas uniquement la personne en souffrance mais, par cercles concentriques, elle nous concerne tous, proches, voisins, soignants, politiques, citoyens.

L'accompagnement de la fragilité et de l'extrême faiblesse, tout en acceptant la démaîtrise de nos vies, est porteur d'humanité et fait surgir des hommes et des femmes d'exception.

Quelle tranquillité de pouvoir se dire que si un jour je suis dépendante, vous serez à mes côtés pour prendre soin de moi et que vous pourrez accepter ma fragilité comme un cadeau pour vous faire grandir en humanité !

Ce que vous publiez, Madame Delvaux, modèle le regard que notre société posera sur moi à ce moment-là.

Voilà pourquoi j'ai voulu vous écrire.


Les auteurs / contributeurs (Tous les auteurs)