Euthanasie Stop - http://www.euthanasiestop.be

... étendre l'euthanasie aux enfants et aux personnes démentes ?

Recherche avancée OK
Euthanasie Stop > A mon fils et ma fille

A mon fils et ma fille

Déposé le 03/01/2014 à 17h13

  • Imprimer

Jean-Yves DUTHOIT Jean-Yves DUTHOIT
Citoyen et père

Tu as sûrement entendu parler de l'euthanasie des mineurs dans les médias.

Quand tu franchiras la porte d'une clinique pour t'y faire soigner, prends la précaution d'exiger qu'aucun acte portant volontairement atteinte à ta vie ne te soit porté.

Selon le projet de loi, les enfants jusque 18 ans sont autorisés à mettre fin à leur vie par un acte médical, dans certaines conditions liées à une souffrance physique suite à une affection grave et incurable. Il s'agit d'une décision volontaire.(...) Sais-tu que la Commission de contrôle reconnait qu'un certain nombre d'euthanasies débordent du cadre de la loi ? C'est-à-dire que certains actes d'euthanasie sont en réalité des meurtres avec préméditation. En outre, aux Pays-Bas environ 50 % des euthanasies ne sont pas déclarées. Dans les faits, il ne sera rien reproché à un médecin qui décide seul de mettre fin à la vie, aujourd'hui d'adultes, demain de bébés, d'enfants et de jeunes, lorsqu'il estime que cela n'en vaut plus la peine! Le député J. Léonetti estime qu'environ 1,8% de belges reçoivent la mort sans l'avoir demandée. (...) Tu entrevois que la banalisation de l'euthanasie est déjà une réalité. Une pression morale se distille progressivement dans la société belge entrainant chez les vieux ou les malades une culpabilité d'être encore vivant ou de n'avoir pas encore rédigé une déclaration de volonté d'euthanasie. Conséquence, l'effort en faveur des soins palliatifs, véritable alternative à l'euthanasie, tend à s'amenuiser. Une personne qui sollicite l'euthanasie pour elle-même ne lance-t-elle pas en réalité un appel au secours? Ce consentement est-il bien recherché, quand on sait que certains députés voulaient étendre l'euthanasie aux personnes handicapées ou démentes ? Avons-nous peur de la vulnérabilité ? Qu'allons-nous faire des enfants qui ont une anomalie incurable? L'enfant né avec un bec de lièvre?

La porte a été ouverte, l'ouverture s'élargit, et personne ne peut plus la refermer. (...)

Télécharger l'article complet »


Les auteurs / contributeurs (Tous les auteurs)